Explorer, c’est donc apprendre

En situation d’exploration, l’entreprise doit se poser la question de la gestion de l’apprentissage et la capitalisation des connaissances acquises au fur et à mesure des projets d’innovation.

Car c’est bien par ce moyen que l’entreprise conservera le savoir issu de toutes ces expérimentations et saura les transférer aux innovations incrémentales.

Ainsi, la question « comment gérer un projet d’exploration » devient « comment apprendre et développer de nouvelles connaissances et compétences » 

Sur la base de projets d’exploration réussis, la personnalité du directeur de projet est particulièrement influente.

L’on se rend compte que les outils du coaching permettent de contribuer à ce qu’un chef de projet devienne un « facilitateur » de son équipe.

Mais au-delà de son talent, de son enthousiasme et de son exigence, un levier particulièrement efficace repose sur l’organisation régulière de séances plénières.

Les réunions plénières permettent à chacun de présenter l’avancement de leurs travaux.

Ceci s’inscrit complètement dans la logique de gestion de projets décrite dans ce billet.

De façon encore plus intéressante, ces séances plénières permettent surtout de renforcer la solidarité entre les participants et de créer le sens collectif.

En effet, le facteur de succès de l’apprentissage réside dans le sens collectif que les acteurs donnent au projet

En situation d’exploration, il est extrêmement difficile voire impossible pour les acteurs de prendre ce recul tellement la situation est complexe, changeante et incertaine. Les informations disponibles par chaque acteur sont tellement parcellaires, ambiguës et nombreuses que personne ne réussit à tracer le fil de tout l’ensemble.

Il est donc nécessaire de l’organiser pour qu’ils se construisent eux-mêmes leur propre carte et leur propre réalité en interprétant ensemble ce qui se passe.

Ce point est important : le sens est donné PAR les acteurs car il n’existe pas a priori.

Dans la réalité, cela peut prendre des formes différentes, comme par exemple :

  • Représenter l’organigramme de l’équipe projet au fur et à mesure des changements organisationnels
  • Représenter l’évolution du projet avec la méthode C-K, qui permet de positionner tant les concepts créatifs que les connaissances possédées et découvertes
  • Organiser des sessions collectives de représentation du vécu de l’équipe

 

Enfin, si explorer, c’est apprendre, alors il faut également se poser la question à 3 niveaux

  1. Individuel : qu’est-ce qui encourage un individu à apprendre ?
  2. Équipe : qu’est-ce qui permet à chaque membre d’un groupe d’apprendre, malgré et grâce au groupe ?
  3. Entreprise : qu’est-ce qui aide une entreprise à capitaliser et réutiliser les connaissances acquises ?

Et vous, comment organisez l’apprentissage des situations d’innovation dans votre entreprise ?

Vous avez aimé ce billet ?
Partagez-le pour le promouvoir.
C'est immédiat ci-dessous.
Merci d'avance !
Publicités