Démarrer une activité en mode Lean Startup

De l'idée au prototype

Ca y est, vous souhaitez développer une nouvelle activité professionnelle. Faites-le en mode Lean Startup !

Démarrer une activité, c’est tout d’abord définir la bonne adéquation entre le problème et la solution

Avant d’investir des mois / années à bâtir une solution, il est primordial de s’assurer que le problème mérite d’être traité, donc à bien comprendre le besoin du client pour déterminer le point le plus critique et y répondre, par un produit.

Finalement, cela à revient à questionner la nécessite, la viabilité et la faisabilité du produit

  • nécessité (les clients ont besoin de ce produit)
  • viabilité (les clients sont prêts à payer pour obtenir le produit)
  • faisabilité (le produit est faisable)

En effet, bien souvent l’on a tendance à commettre certaines erreurs :

  1. Répondre à un besoin qui n’en vaut pas la peine ou qui n’engagera pas un achat de la part du client
  2. Survaloriser les intérêts du produit ou se tromper sur l’intérêt du produit POUR le client
  3. Ne pas traduire le problème du client en fonctions réellement rendues par le produit
  4. S’arrêter à la première solution, alors qu’il y a probablement beaucoup d’autres façons d’apporter la solution, moins coûteuses, plus efficaces
  5. Concevoir un produit avec beaucoup trop de fonctions, ce qui le rendra complexe, moins faible, plus cher et plus long à fabriquer et donc moins attractif pour le client

Plus concrètement, cela amène à devoir poser les questions suivantes à des clients réels

  1. est-ce que le client a le problème, dans sa vie (même s’il n’en est conscient)
  2. est-ce que le client a conscience d’avoir le problème ? A ce niveau, il est intéressant de comprendre le point le plus ennuyeux qui se pose au client
  3. est-ce que le client recherche des solutions à son problème ?
  4. est-ce que le client cherche à fabriquer / bidouiller une solution à son problème ? Il s’agit de solutions partielles, imparfaites, inesthétiques mais qui apportent un premier de satisfaction au client
  5. est-ce que le client paie pour obtenir une solution ? Dans le cas d’un produit que l’on développe, le « paiement » peut être une pre-commande, un accord signé ou toute autre forme d’engagement de la part du client

Ceci a lieu grâce à l’interview de clients potentiels.

Le point clé de cette étape consiste à rencontrer des vrais clients, dans la vraie vie. A titre personnel, je l’ai fait sur les quais d’une gare et d’un métro !

Ce billet vous en parle !

Précisions importantes :

lorsqu’on rencontre ces clients potentiels, on doit au préalable avoir défini une segmentation précise (exemple : étudiants en dernière année) ainsi qu’une hypothèse à tester (besoin d’un accompagnement à la recherche d’emploi).

C’est à ce moment qu’il faut pivoter, c’est-à-dire changer de plans aussi souvent que nécessaire avant de trouver une approche qui fonctionne. Si la cible initiale (les étudiants) ne fonctionne pas, il faut tester une nouvelle cible AVANT de démarrer la fabrication du produit !

Le même raisonnement est valable pour l’hypothèse à tester (si les étudiants n’ont pas besoin d’un accompagnement à la recherche d’emploi, de quoi ont-ils besoin ?).

Bref, cette étape est celle de la remise en cause, qui doit permettre d’aboutir à la validation sur le terrain d’un duo segmentation + hypothèse.

A l’issue de ce travail, l’on sera capable de se mettre d’accord sur la description de la value proposition

Elle précise :

  1. Le produit / service, c’est-à-dire de ce que l’on offre au client
  2. Le problème résolu par le produit / service, c’est-à-dire comment le produit / service réduit les difficultés / frustrations du client.
  3. les bénéfices apportés par le produit / service, c’est-à-dire comment le produit / service crée des satisfactions / gains pour le client.

Sur cette base, il est temps de compléter ces 3 points essentiels par une première description de votre business model. Pas de long rapport, utilisez le Lean Canvas : https://leanstack.com/lean-canvas/

Ce n’est qu’à ce stade que l’on peut envisager d’élaborer un produit minimum viable (MVP, minimum viable product). Il s’agit de la première concrétisation réelle de l’idée.

Vous avez aimé ce billet ?
Partagez-le pour le promouvoir.
C'est immédiat avec les boutons ci-dessous.
Merci d'avance.
Publicités