Réflexions inspirées par les lieux innovants

Lieux innovants

Vous faites partie des Ressources Humaines, de la Communication interne, de la Direction Générale …
et vous vous demandez comment vous pourriez réinventer votre rôle et assurer la réussite de chacun de vos salariés et le succès de votre entreprise ?

Vous avez l’intuition que vos salariés, certes font de leur mieux, mais pourraient démultiplier leur puissance de créativité et d’engagement ?
Alors vous pourriez vous inspirer de l’état d’esprit des lieux innovants.

Ces nouveaux espaces de travail, ces tiers lieux innovants bouleversent notre façon d’envisager l’entreprise

Avoir visité* tous ces lieux de coworking me fait penser à un écosystème, au sens biologique du terme :

  • En effet, chaque coworker, indépendant d’un point de vue financier (auto-entrepreneur ou petite start-up) représenterait dans le monde biologique une espèce végétale
  • Chaque coworker est responsable de son propre résultat financier, tout comme l’espèce végétale est responsable de sa croissance
  • Chaque coworker est indépendant, libre de quitter du jour au lendemain le lieu de coworking dans lequel il s’est installé. L’espace de coworking représente le terreau dont a besoin le coworker
  • Le coworker évolue au sein d’un double écosystème :
    • professionnel (ses clients, fournisseurs, …) et
    • géographique (les autres coworkers) avec lesquels il peut être en compétition et/ou en collaboration.

Pour le coworker, la question est de savoir ce qui le fera choisir un espace de coworking par rapport à un autre.

Probablement celui qui propose le terreau le plus favorable, c’est-à-dire celui permettra de développer son business, grâce aux rencontres qu’il y fera.

Les gestionnaires des espaces de coworking doivent donc organiser – et c’est cela qui constituera à mes yeux la valeur ajoutée de ces lieux – des événements destinés à stimuler l’interaction et la collaboration des coworkers.

C’est une compétence que posséderont les meilleurs animateurs d’espace de coworking, avec comme pre-requis :

  • sélectionner les coworkers sur leur état d’esprit et la capacité à s’intégrer dans une dynamique collective. Un espace de coworking, en plus d’être un lieu partagé, c’est un état d’esprit, une prédisposition à alimenter l’intelligence collective. Par exemple, un espace de coworking admet en ses lieux 50% d’entrepreneurs et 50% de créatifs.
  • bien connaître le business model de chaque coworker
  • faciliter et stimuler les rencontres entre coworkers
  • organiser des rencontres improbables (serendipité, l’art de trouver sans chercher en usant de sagacité) pour favoriser l’innovation.

C’est un travail de mise en relation, de facilitation de l’intelligence collective et même de coaching d’entrepreneurs, puisqu’on peut envisager de créer des synergies entre plusieurs coworkers.

C’est cet accompagnement qu’il faudra apporter à chaque co-worker, ainsi qu’une bonne dose de connaissance en propriété intellectuelle.

Car travailler ensemble, pour un projet, c’est tentant. Mais comment partager les bénéfices, brevets ? Ou au contraire, deux co-workers peuvent décider de travailler en mode « créative commons ».

C’est donc tout l’aspect légal qui doit être maitrisé ou même inventé dans certains cas, comme le statut juridique pour un travail ponctuel réalisé pour le compte d’un projet collectif.

La mode de gestion de ces lieux devra donc tenir compte de cette réalité et proposer des modèles d’organisation nouveaux, différents du management hiérarchique classique, trop rigide pour des personnes indépendantes et des projets évoluant rapidement.

Qui sera capable d’animer ces lieux ?

  • des ex-DRH ? Oui, s’ils avaient réussi à animer leur politique RH, leur entreprise et leurs salariés sur ce mode
  • des ex-responsables de la communication ? Là encore, oui, s’ils avaient réussi à faire de la communication interne un outil de management, de motivation et de mobilisation de l’entreprise
  • des community managers, des facilitateurs ou coachs ? Je le crois plus volontiers, puisqu’ils sont naturellement appelés à manager des équipes non hiérarchique, à fonctionner en mode projet, à concevoir les interventions dans une logique de responsabilisation et de décentralisation

Bien plus qu’un hôtelier, l’animateur d’un lieu de coworking  sera donc un responsable d’un centre de profits, un incubateur, premièrement intéressé par les résultats de ses clients, de ses coworkers.
Car la réussite sera collective ou ne sera pas.

* retrouvez ici les articles relatifs aux lieux innovants :

 

Et vous, comment allez-vous vous inspirer de ce billet pour améliorer encore le fonctionnement de votre entreprise ?

Vous avez aimé ce billet ?
Partagez-le pour le promouvoir.
C'est immédiat grâce aux boutons ci-dessous.
Merci d'avance.
Publicités