Dans les coulisses d’un atelier innovant, la charte de fonctionnement des facilitateurs

Tableau de Ben (Benjamin Vautier)

Museomix, vous connaissez ? Museomix, c’est un marathon créatif en équipe, destiné à produire des prototypes réels permettant de re-inventer l’expérience vécue par les visiteurs au musée.

Du 11 au 13 novembre 2016, Museomix se déroulera en parallèle dans 5 pays, 15 villes et 18 lieux. Et pour la Suisse, c’est à Nyon et à Bâle que cela se passera cette année.

Si vous souhaitez suivre la préparation de cet évènement, alors suivez-moi. Je serai en effet l’un des facilitateurs chargé d’accompagner une équipe, pendant ces 3 jours.

Lors de cette 2ème rencontre, les 6 facilitateurs ont travaillé sur leur charte de fonctionnement

Plus qu’un document, il s’agit de permettre à chaque facilitateur de trouver sa place vis-à-vis de ses pairs et que collectivement, les règles et modalités de fonctionnement soient discutées et partagées.

Dans un premier temps, nous avons échangé sur la vision que nous avions du rôle de facilitateur

En effet, depuis l’origine de Museomix, le symbole de ralliement des facilitateurs est la « burette d’huile ». Il est extrêmement intéressant de constater la variété des représentations, à partir de simples questions ouvertes :

  • Qu’est-ce que le symbole de la burette d’huile représente pour chaque facilitateur ?
  • Qu’est-ce que chaque facilitateur fait comme lien, entre ce symbole et son rôle au sein de Museomix ?
  • Qu’est-ce qu’un « Museomix réussi » ?

En synthèse, les 6 facilitateurs ont la mission de rendre plus facile le travail des participants. Ils s’assureront que l’évènement se déroule comme prévu, notamment sur le respect des horaires. Ils seront également chargés de s’assurer que les participants explorent toutes les pistes d’idée et les transforment en prototypes viables et pertinents.

Ces discussions nous ont ensuite tout naturellement permis d’élaborer la « charte des facilitateurs »

Si je fais référence au modèle de Bruce Tuckman, décrit dans un précédent billet consacré à Museomix, la charte permet à l’équipe des facilitateurs de se constituer, de prendre corps et de construire nos premières règles de fonctionnement.

L’objectif est clairement qu’elles nous aident à gérer nos différences de telle façon qu’elles soient source de progrès.

C’est à tour de rôle que ces règles se sont co-construites, se dessinant progressivement en s’enrichissant du regard complémentaire de chacun.

En fin de séance, c’est une liste de mots-clés qui nous permet de nous relier : communication ouverte, respect des autres et de moi-même, fun et légèreté, bienveillance.

Enfin, nous avons également réfléchi sur différents sujets d’organisation

Comme, par exemple :

  1. l’accueil des museomixeurs le vendredi matin … et les 2 autres matins !
  2. le lien entre Nyon et Bâle
  3. la conception des espaces et la commande des fournitures

Pour notre prochaine rencontre, une piste d’amélioration possible : le bilan de la séance

Nous avions commencé cette réunion par un « point météo », où chacun a pu faire part de son état d’énergie en début de rencontre. C’est une technique d’inclusion extrêmement efficace, qui permet à chacun de « poser son manteau » et de se mettre à l’aise.

Nous aurions pu améliorer la conclusion de cette séance en faisant un point météo de débriefing :

  • Débriefing sur la production du groupe : qualité, quantité, respect des objectifs et de l’ordre du jour, gestion des imprévus, …
  • Débriefing sur les échanges entre les membres du groupe : quelle communication, quels mots utilisés, quelle écoute entre les membres, quels enrichissements successifs, …

Pour augmenter la portée d’un debriefing, on pourrait également compléter avec les rubriques suivantes :

  • Le recueil du vécu et du ressenti, en termes d’émotions et de pensées. Savoir reconnaitre ce qui est ressenti permettra de faire le chemin inverse à l’avenir : comprendre ce qui se passe à partir de la lecture du ressenti
  • L’analyse du processus, pour être capable de le décrire et de l’analyser, ce qui permet de prendre une posture méta
  • « Si c’était à refaire », pour examiner comment le processus aurait pu être différent pour atteindre le même résultat ou d’autres résultats.

Et vous, quel debriefing faites-vous de ce billet ?

Avez-vous lu ce 1er billet, sur Museomix ? Il devrait vous intéresser.

Vous voulez connaitre la suite des préparatifs ? Lisez cet article

Vous avez aimé ce billet ?
Partagez-le pour le promouvoir.
C'est immédiat ci-dessous.
Merci d'avance !
Publicités