Innovation collective : l’innovation avec tous ses salariés

Des jonquilles

Pour innover, l’entreprise doit se focaliser sur ses équipes, ses collaborateurs. C’est mon opinion, c’est aussi ce que soutient l’organisation mondiale de la propriété intellectuelle, qui publie l’Indice mondial de l’innovation (GII).

Dans son édition 2014 « le facteur humain dans l’innovation » s’attache à étudier le rôle du capital humain dans le processus d’innovation et souligne l’intérêt croissant manifesté par les entreprises et les gouvernements s’agissant de repérer et stimuler les individus et les groupes créatifs.

http://www.wipo.int/pressroom/fr/articles/2014/article_0010.html

D’un point de vue opérationnel, en tant que responsable innovation, que faire pour permettre à vos collaborateurs de devenir des innovateurs en série ?

Quelques pistes dans ce billet pour innover avec tout son personnel

1. Donner carte blanche à une équipe hors hiérarchie

Cette entreprise a créé une cellule d’innovation spécifique appelée BIG (Breakthrough Innovation Group (BIG), car l’innovation de rupture a parfois du mal à émerger d’une équipe R&D classique. Ce n’est pas un think tank, il s’agit d’une équipe à part de sept personnes dont la mission est de mener des projets jusqu’à la validation du prototype.

Une fois que BIG a obtenu l’accord sur le budget et sur sa direction globale dans laquelle aller, le groupe laisse entièrement libre cette cellule. Aucune implication dans les processus ni dans les délais de réalisation. Et contrairement aux équipes marketing et innovation concentrées sur l’amélioration des produits, BIG s’appuie sur la prospective et les tendances : scruter les tendances des marchés et les habitudes des consommateurs.

Dans le cas particulier de Pernod Ricard, l’objectif est d’inventer le futur de la convivialité en travaillant sur des territoires potentiellement porteurs, comme les objets connectés ou les nouvelles formes de commerce. Déjà expérimentée auprès d’une cinquantaine de salariés du groupe, la nouvelle innovation du groupe (une bibliothèque connectée de différents alcools) sera à nouveau testée, courant 2015, mais cette fois-ci auprès d’une centaine d’utilisateurs du monde entier. Sans savoir réellement ce qu’attendent les consommateurs sur ce type de produits, puisque cela n’existe pas, la seule solution est de la mettre dans leurs mains pour affiner le produit : ajouter ce qui manque ou enlever les choses inutiles. »

2. Co-création avec les collaborateurs

Mais pour innover, Pernod Ricard ne compte pas uniquement sur BIG. L’année dernière, le groupe a lancé le Kangaroo Fund, un concours interne ouvert aux 19.000 salariés.

Le concept : tous les inventeurs en herbe ont un temps limité pour présenter un projet au jury, composé des salariés du BIG, de la Direction et aussi de personnalités extérieures. La première édition s’est achevée en avril 2013 et a permis de révéler des projets concrets, actuellement en incubation. 150 projets nous ont été présentés et, aujourd’hui, trois d’entre eux sont en phase d’amorçage.

De son côté, Renault invite ses salariés au Fab Lab (pour Laboratoire de fabrication). L’endroit est équipé de matériel informatique et doté de logiciels de type Illustrator et Photoshop, d’une découpeuse vinyle et d’imprimantes 3D.
Lire les billets consacrés aux fab lab : 2 fablabs près de chez vous et l’exprit fablab.

Les porteurs d’idées sont invités à réaliser des prototypes de leurs idées. Une manière de les faire monter en compétence, en leur donnant une vraie culture de fabrication numérique. Animé par de nombreuses conférences, le Fab Lab accueille aussi des équipes de conception métier qui retrouvent dans ce lieu une nouvelle agilité de création

3. Libérer son entreprise

Pour Isaac Getz, une entreprise libérée est « une entreprise dont la majorité de salariés sont complètement libres et responsables d’entreprendre toute action qu’eux-mêmes – pas leurs chefs ou les procédures -décident comme les meilleures pour la vision de leur entreprise »

C’est ce que le groupe Poult a mis en œuvre dès 2006 en réorganisant radicalement le management de l’entreprise. Impliquer, responsabiliser et mobiliser l’ensemble des salariés en matière d’innovation.

À titre d’exemple, 2 échelons de hiérarchie ont été supprimés, le leadership tournant est pratiqué dans plusieurs domaines, un incubateur de projets interne a été créé pour favoriser « l’intrapreneuriat » : la Poult Académie, l’université d’entreprise du groupe, en est la première réussite.

Grâce à cette innovation managériale, l’entreprise peut proposer un service à plus haute valeur ajoutée à ses clients :

  • co-conception de produits pour certains clients dont l’entreprise était auparavant simple fournisseur
  • open innovation avec des grandes entreprises high tech et start-up internes permettant le développement de nouveaux produits. Exemples : des alicaments (aliments-médicaments avec les laboratoires Pierre Fabre ), « biscuit connectable »( un aliment complémentaire personnalisé destiné aux patients en traitement long, qui marie plaisir et diététique et qui, grâce à l’impression d’un code barre, produit des informations de suivi utiles aux professionnels de santé.

Sur un marché difficile, Poult a ainsi presque quadruplé sa taille entre 2005 et 2012 et est redevenu le n°2 français du biscuit !

Et vous, en tant que responsable innovation, comment allez-vous impliquer vos collaborateurs dans votre démarche d’innovation ?

Vous aimerez également ces 2 billets :

Vous avez aimé ce billet ?
Partagez-le pour le promouvoir.
C'est immédiat avec les boutons ci-dessous.
Merci d'avance.
Publicités