Le prototypage, pour passer du « dire » au « faire »

MIT, Boston, USA

Pour innover, préférez-vous un discours bien prepare ou quelque chose de bien concret, que vous pouvez voir, toucher, essayer ?

Avant de répondre, jetez un œil à cet outil qui vous démontre en quelques photos la puissance du prototypage.

Le prototypage est LE moyen de transformer une idée impalpable en un objet réel et tangible

Derrière le mot prototype, se cache en réalité un véritable processus d’innovation, qui consiste à associer réflexion et action pour aboutir, d’un prototype à l’autre, à un produit / service conçu avec les utilisateurs.

C’est une activité collaborative qui associera le talent des « penseurs » et des « faiseurs » qui permettra de donner une forme à une idée, de matérialiser un concept, une solution.

Différentes formes de prototype existent, de la plus simple à la plus aboutie 

Un prototype, c’est quelque chose vite fait et à bas coût. Un prototype est utile, non s’il fonctionne parfaitement, mais s’il permet d’apprendre et d’améliorer. Car plus vite les idées se matérialisent et plus vite elles pourront être améliorées.

Voici une liste non exhaustive de prototypes, des plus simples au plus complexes :

  • Dessins, croquis
  • Story-board
  • Montage de photos provenant par exemple de magazines
  • Mise en scène / jeux de rôle / video
  • Constructions en lego
  • Maquettes en carton, bois, …
  • Applications téléphoniques simplifiées ou maquette de site web (ex : creator.ionic.io)
  • Objets provenant d’une imprimante 3D
  • Prototype quasi-final
  • Produit / service final (qui lui même n’est que la prototype d’une version plus aboutie !)

Ma règle est la suivante :

On ne lance pas dans un prototype complexe si l’on n’a pas encore exploité 100% d’un prototype plus basique.

Prototyper permet d’accélérer la production de solutions

En effet, à partir d’un premier prototype – même rudimentaire – il devient bien plus facile de pousser la créativité des participants, puisqu’ils vont pouvoir le mettre en scène dans un contexte, l’utiliser comme s’il était l’objet final et générer des feed-backs, notamment de la part des utilisateurs.

De plus, manipuler un prototype permet de générer des nouvelles idées, puisqu’il devient possible de le modifier physiquement (en ajoutant une fonction, en modifiant la forme, …). Et si c’est un réel prototype – c’est-à-dire un objet peu coûteux et non définitif, il est fort probable qu’il sera fragile … et donc cassable ! Ce qui une excellente opportunité pour le reconstruire, amélioré par les remarques suscitées par son utilisation

Prototyper facilite la production de connaissances

Si plusieurs participants collaborent pour prototyper, les facilités et les aisances naturelles vont se révéler au grand jour.

Sur la base de mon expérience lors de Museomix (cf. billet), l’ajout des différentes compétences se fait rapidement et concrètement ! Le programmeur informatique discute avec celui qui s’occupe du « hard » pour ajuster leurs contraintes et trouver des solutions satisfaisantes.

Utiliser le prototype grandeur nature fait apparaître les insuffisances, les erreurs et procure également de nouvelles opportunités.

Prototyper aide à communiquer et à convaincre

Rien n’est plus efficace qu’un prototype pour présenter son concept à un public et construire ainsi l’adhésion. C’est pour cette raison que plusieurs méthodes de conception innovante insèrent le prototypage dans leur approche.

C’est le cas du Design Thinking, qui encourage la matérialisation des idées, la confrontation avec la réalité et le retour des utilisateurs, dans l’objectif de se rapprocher du produit/service le plus adapté

Design vient à la fois du mot « desseing », qui veut dire « dessin » et « dessein ».

Derrière un croquis se cache donc un but, une intention !

Dit autrement, un prototype permet donc de visualiser une abstraction pour traduire et communiquer une pensée.

C’est pour cette raison que le Design Thinking fait une place très importante aux prototypes, tout au long du processus :

  1. Lors de l’empathie avec le client, puisque des croquis / mind-mapping permettent de produire des prototypes de synthèse. L’objectif est de rassembler, sur un poster, les informations importantes récoltées auprès des utilisateurs.
  2. En phase d’idéation, il est prévu de réaliser un « prototype d’exploration », afin d’augmenter l’exploration des fonctions que l’on souhaite donner au produit / services. Puisqu’on est en phase exploratoire, les « fonctions » sont représentées de façon basique. L’objectif est de simuler la fonction, pour qu’une mise en scène réelle puisse avoir lieu.
  3. Enfin, les prototypes seront créés pour se rapprocher du produit final, fonctionnel et réel, nécessaire pour une immersion dans l’environnement réel.

Le Lean Start-up également s’appuie sur le prototypage et lui donne le nom de minimum viable product

Plutôt que de lancer une étape longue de développement, l’idée est d’atteindre le stade du produit minimum viable (MVP, minimum viable product) par itérations successives avec les utilisateurs.

Ce qui est visé, ce n’est pas un produit complet, mais le strict minimum qui permet un feed-back des utilisateurs.

Cet article sur les fab lab devrait vous intéresser, ainsi que cet article sur les lieux de fabrication.

Vous avez aimé ce billet ?
Partagez-le pour le promouvoir.
C'est immédiat avec les boutons ci-dessous.
Merci d'avance.
Publicités