Accompagner les porteurs de projets innovants

Les porteurs de projets sont accompagnés par de nombreux acteurs. Et pourtant, ils ne créent pas tous une entreprise, et lorsqu’ils le font, ils n’en retirent pas tous des revenus suffisants.

Cela pose la question du métier de coach d’entrepreneur, également appelé mentor de start-up ou accompagnateur de porteurs de projets.

C’est tout l’objet de ce billet.


Ce billet peut être écouté ici !

Retrouvez ce podcast sur votre plateforme préférée en cliquant là.


Accompagner un porteur de projet d’innovation est une activité complexe

En réalité, accompagner un entrepreneur, c’est accepter de mener plusieurs types d’activités à la fois :

  1. Accompagner, c’est créer le cadre nécessaire pour favoriser le développement du porteur de projet, tout en gardant une position basse, c’est-à-dire une mise en retrait. En effet, ce qui est visé à terme, c’est l’autonomie de l’entrepreneur
  2. Accompagner, c’est aider l’entrepreneur à rendre son projet le plus cohérent possible, l’accompagner dans sa réflexion et les prises de décision et faciliter l’exploration de la recherche d’un business model viable
  3. Finalement, il s’agit surtout d’être capable de s’adapter à chaque situation particulière et de pouvoir évoluer en fonction de la problématique forcément changeante du projet.

C’est donc essentiellement une capacité d’agilité, de flexibilité qui est nécessaire, pour pouvoir ajuster une aide adaptée au besoin perçu.

3 types d’activités établissent les contours de l’intervention d’un accompagnateur de porteur de projets

1) L’expertise

Il s’agit d’aider à l’atteinte d’un objectif, via des techniques de résolution de problèmes et l’apport de compétences / savoir-faire.

C’est une posture centrée sur le problème.

L’accompagnateur utilise son expertise propre, qui s’appuie :

  • Sur le contenu, sur le problème technique à résoudre (marketing, juridique, …)
  • Sur le processus, lorsque l’accompagnateur se place en situation de faciliter une séance de créativité. Dans ce cas, il est le spécialiste de la méthode et non du contenu à traiter

2) Le coaching

Il s’agit de répondre aux questions que se pose l’entrepreneur, par exemple sur sa position de leadership et son mode de management.

C’est une posture contrée sur la personne.

L’accompagnateur utilise alors ses capacités d’attention et d’écoute active puisqu’il doit entendre ce qui se joue pour la personne à un moment donné et comprendre quelle est la demande réelle.

Ceci s’apparente complétement à la définition donnée par l’International Coach Federation : « le coaching est une relation suivie dans une période définie qui permet au client d’obtenir des résultats concrets et mesurables dans sa vie professionnelle et personnelle. A travers le processus de coaching, le client approfondit ses connaissances et améliore ses performances ».

3) La posture réflexive

Il s’agit donc de porter son attention sur sa propre activité, idéalement grâce au regard bienveillant d’un pair et/ou d’un superviseur et/ou de l’entrepreneur lui-même, sur la base de la situation telle qu’elle se présente dans la réalité. Dans le but d’améliorer ses pratiques.

C’est une posture centrée sur l’accompagnateur.

Ainsi, le métier d’accompagnateur de porteurs de projets innovants tient sa complexité de la multiplicité des activés qu’il englobe.

Son talent résidera dans son aptitude à activer l’activité la plus adaptée à la demande, et potentiellement, de passer d’une posture à l’autre au cours de la même intervention.


Ces 2 billets vous donnent des pistes concrètes pour accompagner un porteur de projet :

Vous avez aimé ce billet ?
Partagez-le pour le promouvoir.
C'est immédiat avec les boutons ci-dessous.
Merci d'avance.