Exploitation et exploration, le dilemme de l’innovation

Exploiter et/ou explorer

Le dilemme de toute entreprise, c’est de devoir tirer le meilleur parti de ses ressources existantes et en même temps se renouveler.

Cette tension entre ces deux activités trouve une solution par le biais de l’ambidextrie, c’est-à-dire la capacité de gérer conjointement l’exploitation de ses actifs et l’exploration de nouvelles opportunités. Vous souhaitez en savoir plus ? C’est tout l’objet des prochains billets.

Pour ne pas les rater, pensez à vous abonner maintenant !

Le dilemme de l’innovation

A propos de l’innovation d’exploitation

On parle d’innovation d’exploitation lorsque l’entreprise utilise ses compétences technologiques et marketing déjà présentes.

Exploiter, c’est gérer le core business de l’entreprise, exploiter les connaissances connues dans l’objectif renouveler les gammes de produits. Il s’agit donc d’optimiser l’existant, d’être efficace sans risque, sur la base de l’analyse rationnelle des données des produits précédents.

A propos de l’innovation d’exploration

On parle d’innovation d’exploration lorsque l’entreprise a besoin de connaissances et compétences nouvelles, en matière de technologie ou de marketing.

Explorer de nouvelles voies, c’est élargir, transformer ou modifier le core business. Il s’agit donc de créer de nouvelles opportunités, de savoir gérer l’ambiguïté et l’incertitude, avoir une approche long terme.

Une façon d’explorer est de mettre en place l’innovation collaborative, qui a l’avantage de mutualiser les risques avec des partenaires et d’acquérir collectivement de nouvelles compétences. Par innovation collaborative, on entend la création d’innovation par le partage d’idées, d’expertises et d’opportunités au-delà des frontières de l’entreprise.

Les tensions entre exploitation et exploration

Kodak est un bon exemple des difficultés à faire coexister ces deux activités. Dans les années 90, le marché de la photo argentique était mâture, permettant donc au cœur de métier de Kodak de dégager de bons résultats. Pourquoi explorer alors que l’exploitation générait des revenus confortables ? Au contraire, une équipe chargée de l’innovation, en pleine exploration, n’est pas encore un centre de revenus. Peu de chiffre d’affaires, peu de données pour prouver des intuitions, l’exploration est souvent entendue par manque d’arguments face au business en place, même s’il est voué à disparaitre.

La question pour les entreprises est de gérer en même temps l’exploitation et l’innovation. En effet, exploiter implique la mise en place de démarches d’amélioration continue pour faire mieux ce que l’on sait déjà faire alors qu’explorer nécessite de faire différemment.

  • Faut-il purement et simplement gérer séparément ces deux activités qui semblent opposées ?
  • Appellent-elles deux familles des stratégies et des capacités tellement différentes qu’elles ne peuvent pas être développées par la même entreprise ?

Les 3 paradoxes de l’innovation

Pour prolonger ce point, puisque innover implique d’être créatif tout en étant réactif et expert, 3 paradoxes se dessinent alors :

  • Paradoxe 1 : Comment s’assurer que l’amélioration des expertises détenues pourra s’adapter dans le temps aux évolutions du marché ?
  • Paradoxe 2 : Comment renforcer les compétences clés et renouveler ces compétences pour innover ?
  • Paradoxe 3 : Comment inventer des nouveaux marchés tout en répondant sans cesse aux sollicitations du marché ?

Votre entreprise, dans quelle situation se trouve-t-elle par rapport à ces activités d’exploitation et d’exploration ?

Vous avez aimé ce billet ?
Partagez-le pour le promouvoir.
C'est immédiat ci-dessous.
Merci d'avance !
Publicités